Le sujet mobilise médias et politiques du nord du pays depuis plusieurs mois, à la suite d'un cas complexe survenu à Gand, où un couple séjournant à l'étranger avait retrouvé son immeuble occupé par une famille, sans beaucoup de possibilités d'action.

"Squatter" une habitation n'est pas spécifiquement interdit par la loi. Le propriétaire peut uniquement demander l'expulsion des squatteurs par le biais d'une procédure civile. Commune et police ne peuvent pas non plus entreprendre grand-chose.

La majorité a élaboré un texte pour y remédier, non sans mal, le Conseil d'État ayant rendu un avis très critique sur la première mouture. La proposition soutenue par le gouvernement a été remaniée. Elle différencie l'occupation d'immeubles occupés ou non. Les possibilités d'expulsion immédiate par la police et le parquet y sont étendues, notamment aux squatteurs qui séjournent depuis longtemps déjà dans un immeuble réputé habité, et sans nécessité de prouver l'effraction.

Agenda

Aucun évènement trouvé