jeudi, 29 janvier 2015 07:11

Une alternative à la crise du logement

L’accès au logement a rarement été aussi difficile. Pour les publics précarisés comme pour les ménages issus des classes moyennes. Et, malgré les innombrables chantiers, la pénurie guette… Rien que pour la Wallonie et Bruxelles, on estime qu’il manque 250 000 logements. Or, cela se sait moins, le droit à un logement décent est garanti par la Constitution. Né aux USA il y a plus de 40 ans, et actuellement expérimenté en Région bruxelloise, le «Community Land Trust» pourrait bien s’affirmer comme une réponse logique à la crise du logement. La particularité de ce système? Il permet d’acquérir la maison, pas le terrain. Une manière, par la même occasion, de faire baisser les prix. Et de lutter contre la spéculation immobilière. Alter Échos a rencontré John Emmeus Davis, un des pionniers du «Community Land Trust» aux États-Unis. John Davis a enseigné la politique du logement et l’urbanisme au New Hampshire College et au MIT (Chicago). Il vient de publier, en français, un «Manuel d’antispéculation immobilière», qui retrace l’histoire des fiducies foncières communautaires (FFC) et la lutte pour le droit au logement. Un livre qui analyse aussi l’expérience du «Community Land Trust» à Bruxelles. Interview.

Informations supplémentaires

Agenda

Aucun évènement trouvé