mercredi, 15 avril 2015 05:58

Logements sociaux : qui est à l'amende en Haute-Garonne ?

L'État fait ses comptes. En 2014, seules 4 communes de plus de 3 500 habitants sur les 46 concernées dans l'agglomération atteignent le seuil légal de 25 % de logements sociaux imposé par la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbains) de 2002 renforcée en 2013 par la loi Duflot. Dans cet inventaire annuel de la Direction Départementale des Territoires de la Haute-Garonne, les bons élèves sont Auzeville-Tolosane (40,3 %), Labège (25 %), Colomiers (28,45 %) et Muret (24,56 %). À part ces communes, toutes les villes de l'agglo sont en dessous du seuil légal de 25 %, objectif à atteindre à l'horizon 2015. Certaines en sont très loin. L'Union, bonne dernière du palmarès, n'affiche que 3,9 % de logements sociaux. Un retard qui se traduit par des pénalités conséquentes. «L'inventaire annuel permet de faire un état des lieux des logements sociaux rapportés au nombre des résidences principales de chaque commune. Sur cette base on calcule des pénalités. Nous ne communiquons que le montant global» explique notre interlocutrice à la DDT. «Ces sommes perçues par l'Etat sont reversées aux communautés de communes et reviennent au logement social sous forme de subventions.

Informations supplémentaires