mercredi, 22 avril 2015 06:18

France | Logements sociaux : les villes qui bafouent la loi SRU

Un an après la loi de mobilisation foncière qui voulait pousser à la construction de logements sociaux et à la mixité, le bilan est mitigé. Et, selon les informations du Monde, de nombreuses communes ont choisi de ne pas respecter leurs obligations.

20 % Chaque commune membre d'une agglomération urbaine doit se doter d'ici à 2020 de 20 % de logements sociaux au regard du nombre de résidences principales en vertu de la loi du 13 décembre 2000 dite loi SRU, solidarité et renouvellement urbains. 

Cette loi vise à susciter la création d'HLM là où ils sont peu nombreux, afin qu'ils soient mieux répartis sur le territoire. Cécile Duflot alors ministre du logement a, avec la loi de mobilisation foncière du 18 janvier 2013, renforcé cette obligation et porté ce seuil à 25 % en repoussant l'échéance à 2025.

369 Le fichier que nous nous sommes procuré, et que le ministère du logement s'est bien gardé de diffuser, indique que sur les 1 021 villes déficitaires (en dessous des 20 % de logements sociaux), 369 n'ont pas respecté leur objectif de création de logements assignés pour la période 2011-2013.

La plupart des très grandes villes, comme Paris, Lyon, Marseille, Toulouse ou Bordeaux, n'apparaissent pas dans ce fichier car elles ont déjà atteint, parfois largement, leur objectif de construction HLM.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/03/19/un-tiers-des-communes-concernees-bafouent-la-loi-sru_4596195_4355770.html#4kQfUhTMj8xyqFjy.99

Informations supplémentaires