mardi, 06 octobre 2015 12:23

L’habitat léger dans le vent

L’habitat léger n’est toujours pas reconnu comme logement. Il concerne pourtant entre 12 et 15 000 foyers en Wallonie.

Le site du réseau brabançon pour le droit au logement (RBDL) définit l’habitat léger comme une construction destinée à la résidence, mobile ou immobile, parfois démontable et toujours facilement réversible. Vincent Wattiez, animateur à la RBDL ajoute en parlant d’habitat léger: «Il s’agit d’un bâti plus léger qui peut se construire par soi-même, on est là dans l’auto-construction, dans la totale maîtrise de sa maison.»

En pratique, ce que l’on entend par habitat léger peut englober différentes formes: «Il y a deux tendances , explique Vincent Wattiez. La première est celle des campings et domaines résidentiels, tandis que la deuxième englobe l’alternatif, c’est-à-dire tout ce qui est yourte, roulotte, dôme.» Il n’y a d’ailleurs pas d’accord clair entre les propriétaires pour définir l’habitat léger, que ce soit selon la taille, les matériaux, ou même le prix.

Informations supplémentaires

Agenda

Aucun évènement trouvé