lundi, 21 mars 2016 08:27

France: Logement social, quatre villes du Val-d’Oise voient leur amende exploser

Dans le Val-d’Oise, 67 communes sur les 185 doivent appliquer le quota des 25 % de logements sociaux d’ici à 2025. Si 15* d’entre elles ont passé le cap, c’est plus compliqué pour les 52 autres, sous le seuil, et plus particulièrement les dix qui occupent le bas du classement. Ces communes «carencées » s’exposent à des sanctions, dont la sévérité dépend des efforts consentis. Elles perdent également leur droit de préemption. Voilà pourquoi Andilly, Nesles-la-Vallée, Montlignon et La Frette-sur-Seine se voient infligées des amendes qui sont aujourd’hui majorées par le Préfet.

De «petites » villes qui ont parfois à leur tête des maires hostiles à la construction de logements sociaux ou alors confrontés à la pression de leur population. «Nous savons que Montlignon n’en veut pas, le discours du maire est clair sur le sujet (sur les 23 logements qui devaient être réalisés en 3 ans, 8% ont été construits, NDLR), explique Yannick Blanc. A Margency, le maire est volontaire mais il y a les réticences de la population. A La Frette-sur-Seine, c’est compliqué. Les contraintes foncières sont importantes. Là-bas, on travaille dans de la dentelle».

Informations supplémentaires

Agenda

27 janvier -
De 9:30 à 12:30
Formation Politique pour S'engager - FPS

10 février -
De 9:30 à 12:30
Formation Politique pour S'engager - FPS