samedi, 07 mai 2016 09:40

Quand la terre devient superflue

Douze hectares pour Perwez, quinze pour Incourt. Et Grez-Doiceau qui fait de même mais d’une manière beaucoup plus discrète. La coïncidence est étonnante et interpelle. Plusieurs communes de l’Est du Brabant wallon liquident actuellement une partie de leur patrimoine foncier pour renflouer leurs caisses. Le contexte économique difficile pousse bien évidemment les décideurs politiques à être imaginatifs pour trouver de nouvelles formes de recettes. Et, aujourd’hui, les terres agricoles semblent être la solution la plus appréciable. Il faut signaler que cet actif n’est pas vraiment le plus rentable dans le portefeuille immobilier d’une commune. Et que s’en débarrasser ne suscite gère de vagues car sa gestion n’est pas la vocation première d’une administration communale.

« Pour notre part, cette vente s’inscrit dans un besoin d’avoir des liquidités à court terme, explique la présidente du CPAS de Perwez, Anne Van der Vaeren (DRC PluS). Cette manne financière doit servir à financer divers projets sociaux, de même que l’aménagement d’un logement public. »

Informations supplémentaires

Agenda

27 janvier -
De 9:30 à 12:30
Formation Politique pour S'engager - FPS

10 février -
De 9:30 à 12:30
Formation Politique pour S'engager - FPS