jeudi, 29 septembre 2016 06:25

Liège: agences immobilières sociales: danger

« Si la Wallonie poursuit le gel de la dotation, nous ne pourrons plus croître et assurer nos missions ». Pour les AIS, le modèle a prouvé sa pertinence.

Ils sont une dizaine à être assis autour de la table de la Maison de l’habitat à Liège. Ils viennent des quatre coins de la province, autant de présidents ou directeurs des dix agences immobilières sociales qui gèrent actuellement près de 1.000 logements essentiellement privés. Regroupés au sein de l’Union wallonne des agences immobilière sociales, ils entendent dénoncer les menaces qui planent sur le secteur.

Pour rappel, le principe de l’AIS prévoit qu’un propriétaire lui confie son bien, ensuite loué à une personne dans la précarité. Le loyer perçu est certes moindre mais le propriétaire dispose d’une garantie de revenu locatif, l’AIS fournissant un accompagnement social (lire ci-contre).

«  Actuellement, les 30 AIS de Wallonie gèrent un parc de 5.500 logements. Entre 2014 et 2017, la croissance des logements pris en location est de 30 % alors que l’enveloppe régionale (5,5 millions d’euros) est fermée, explique Alexandre Borsus, responsable de l’Union wallonne des AIS. Alors que la Région va avoir besoin de 250.000 nouveaux logements dans les quinze prochaines années, elle nous demande de prendre notre part en augmentant de 8 % par an notre activité. Nous ne voulons pas le faire au détriment de l’accompagnement social », poursuit Alexandre Borsus.

 

Informations supplémentaires

Agenda

27 janvier -
De 9:30 à 12:30
Formation Politique pour S'engager - FPS

10 février -
De 9:30 à 12:30
Formation Politique pour S'engager - FPS